Un secteur en crise

L'ensemble des grossistes-répartiteurs traversent une crise économique sans précédent, sous l'effet de dix années de mesures gouvernementales défavorables au secteur.

Un système de rémunération inadapté et des baisses conséquentes de marge : l'encadrement de la rémunération des répartiteurs est aujourd'hui totalement inadapté aux évolutions d'un marché dont la dynamique repose sur deux segments : les médicaments génériques et les médicaments innovants aux prix élevés. Sur les premiers, la rémunération des répartiteurs est 3 fois inférieure à cellle perçue pour la distribution des princeps alors que le travail est identique. Ce niveau ne couvre pas les frais de distribution pour des produits qui représentent désormais 40 % du marché. Sur les seconds, la rémunération des répartiteurs est plafonnée.

Une diminution massive du prix des médicaments, décidée par les pouvoirs publics durant ces dernières années.

23 millions d'euros de perte d'exploitation en 2017 pour les entreprises de la répartition pharmaceutique pour un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, contre un gain d'exploitation de 200 millions d'euros pour un chiffres d'affaires de 19 milliards en 2008

243 millions d'euros de baisse de marge réglementée depuis 2008